Une petite balade en vélo : Kourientine - Gouloumbou

Publié le 21 Juin 2014

Une petite balade en vélo : Kourientine - Gouloumbou

Vendredi matin, après ma grosse journée apicole, je devais rentrer en vélo à Tamba. D'habitude, je passe par la grande route latéritique qui m'amène directement au goudron à 12 km de là, au niveau du village de Sara Dela. A part un petit hors-piste au début, la route est assez longue et monotone. Elle a toutefois l'avantage d'être pratiquable en toute saison, ce qui est un atout lorsque la saison des pluies arrive. Mais en vélo, on s'ennuie un peu...

Alors cette fois-ci, pour changer, je passai par une autre piste allant directement à Gouloumbou en 9 km seulement. Pourquoi ne l'avais-je pas prise avant me direz-vous ? C'est qu'il y a un tout petit détail à régler : il fait juste traverser la Gambie avant ! Comme Moussa, le fils du chef, devait lui aussi aller sur Tamba, ce fut l'occasion pour me montrer cette nouvelle piste et enfin prendre le "Bac" du village !

Au fond d'un ravin débouchant sur le fleuve, la grosse barque du village nous attend !

Au fond d'un ravin débouchant sur le fleuve, la grosse barque du village nous attend !

La traversée est gratuite pour les villageois, il faut juste que quelqu'un nous accompagne pour ramener la barque après.

La traversée est gratuite pour les villageois, il faut juste que quelqu'un nous accompagne pour ramener la barque après.

Tout en haut, les enfants du village nous guettent !

Tout en haut, les enfants du village nous guettent !

De l'autre côté, une petite "piste-vélo" bien tracée nous conduit au milieu des zones marécageuses, encore sèches en ce début d'hivernage. Nous sommes entourés de mares récupérant l'eau des collines voisines. C'est qu'ici, on a un peu de relief, ça fait du bien de voir quelques collines ! Il y a même quelques montées et descentes, pas facile à voir sur les photos, mais on peut presque faire du cross sur les cailloux !

Au bout de quelques kilomètres, nous débouchons sur une "piste-charrette", puis sur une grande route latéritique. Nous passons par les villages de Koulari et de Paraba, où les villageois sont en plein labour. Nous passons aussi devant une propriété d'un marabout qui a planté des hectares de manguiers et de palmiers. Je vois ses barrières en bois avec des arbres plantés tout le long... cela me donne des idées ! Nous approchons de Goulmoubou, les antennes téléphoniques sont proches.

Nous continuons jusqu'au Sanctuaire Marial diocésain, où un miracle (je ne vois que ça) a amené le goudron ! Un goudron magnifique, sans aucun trou et avec de belles lignes blanches. Evidemment, ce n'est pas la route la plus empruntée du Sénégal : les catholiques y font un pélerinage une fois par an en décembre. Je me demande quand même qui a eu l'idée de goudronner une route pour des pélerins qui viennent à pied depuis Tamba... J'ai dû louper quelque chose !

Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !
Suivez Moussa !

Suivez Moussa !

Une dernière petite portion de VTT entre le goudron et Gouloumbou nous permet de finir la balade. Moussa file dans la descente caillouteuse... les vélos sénégalais sans frein sont un chalenge dans ces cas là ! Nous arrivons après 1 heure de promenade tranquille, tout juste à temps pour prendre un mini-bus pour Tamba. Hop, le vélo sur le toit, et c'est parti !

J'espère que la balade vous a plu, que les paysages du début d'hivernage vous aurons dépaysés, et si certains sont tentés par le vélo (Jean-Guy, au hasard) sachez que je m'appliquerai à découvrir de nouveaux circuits dans les environs !

En tout cas, moi je me dis que tout ça est bien agréable, et en plus, maintenant, c'est chez moi !

Gouloumbou, on aperçoit le fameux pont tout au fond.

Gouloumbou, on aperçoit le fameux pont tout au fond.

Rédigé par Claire

Publié dans #La vie là bas

Commenter cet article

JJ Guitard 21/06/2014 15:34

J'ai bien apprécié ta balade à vélo vers ce cher village de Gouloumbou.
On s'y croirait bien que je n'y ai jamais pédalé !
Sur le fleuve, j'ai souvent croisé ces petits bacs à vélos "lourdement" chargés au retour de la Gambie.
Merci de ce partage.

Tu ne parles pas de cet hippo "ombrageux" qui a fait tant de victimes chez les piroguiers, aurait-il disparu ? Si tant est qu'il n'y en ait qu'un !
Amitiés
JJ

Claire CLEMENT SECK 21/06/2014 16:46

Bonjour Jean-Jacques ! Je me disais bien que tu serais sensible au charme de la campagne gouloumboise ;-)
Concernant le fameux hippo, ne connaissant pas avec précision la situation, je n'en parle pas pour le moment. Les journalistes ont tôt fait de condamner ce ou ces hippos... sans se demander pourquoi ces accidents arrivent. Ce sera peut-être l'objet d'un prochain article...