De retour à Kourientine

Publié le 3 Octobre 2015

De retour à Kourientine

Après pratiquement 2 mois d'absence, entre les vacances en France et mes déboires pour mon passeport à Dakar, me voici enfin de retour en brousse ! J'avais bien sûr déjà eu Moussa au téléphone, qui m'avait donné quelques nouvelles : il n'avait pas arrêté de pleuvoir depuis mon départ et le fleuve montait dangereusement ces derniers jours. Il m'annonça même quelques "surprises" dans les ruches, mais sans me préciser lesquelles... histoire de me pas porter la poisse aux nouvelles colonies. Evidemment, j'étais très impatiente de voir mes abeilles, de suivre l'état de mes premières plantations et de surveiller si le fleuve n'allait pas inonder mon terrain.

Sur ce dernier point, j'ai été tout de suite rassurée, car bien que de nombreux sites près du fleuve soient inondés, mon terrain est toujours à l'abri des eaux. Le fleuve a presque atteint le niveau de 2003 (dernières grandes inondations) mais il reste encore quelques mètres de marge. OUF ! Par contre, qui dit fortes pluies dit explosion de la végétation et des populations d'insectes... Trouver son chemin dans les hautes herbes mouillées, pédaler dans la boue, combattre les moustiques et les petites mouches qui grattent... bref, on passe du désert sahélien à la jungle amazonienne en quelques semaines !

L'accès à la pirogue depuis mon terrain, d'habitude l'eau est 10m plus bas !

L'accès à la pirogue depuis mon terrain, d'habitude l'eau est 10m plus bas !

Un petit coup de Moussa et hop, le chemin réapparait !

Un petit coup de Moussa et hop, le chemin réapparait !

Concernant mes essais de plantation, les résultats ne sont pas si mal que ça. Les premiers semis directs de Moringa et de jujubiers se portent bien, mais végètent un peu. Je mets cela sur le compte du sol complètement saturé en eau, et j'espère qu'avec la fin de la saison des pluies ils grandiront suffisamment pour supporter la saison sèche. Par contre, tout ce que nous avions semé début août n'a pas pu germer : trop d'eau, les graines ont toutes pourri, dommage !

Quant aux fromagers (Ceiba pentandra) que nous avons repiqué, ils sont encore petits mais magnifiques ! On peut même dire que nous leur avons sauvé la vie, car le site où nous les avions prélevés est complètement inondé aujourd'hui ! J'ai donc une dizaine de bébés fromagers sur mon terrain, de quoi donner de l'ombre et des fleurs à mes abeilles d'ici 5 ans, si tout se passe bien d'ici là.

Jeunes fromagers repiqués et qui ont bien repris !
Jeunes fromagers repiqués et qui ont bien repris !

Jeunes fromagers repiqués et qui ont bien repris !

Jeunes jujubiers (Ziziphus mauritiana) de semis direct, qui peinent à se développer à cause du sol trop humide

Jeunes jujubiers (Ziziphus mauritiana) de semis direct, qui peinent à se développer à cause du sol trop humide

Jeunes Moringa de semis direct qui poussent malgré les hautes herbes qui les entourent. Heureusement que Moussa les a tous dégagés au fur et à mesure, sinon nous aurions été incapables de les retrouver !

Jeunes Moringa de semis direct qui poussent malgré les hautes herbes qui les entourent. Heureusement que Moussa les a tous dégagés au fur et à mesure, sinon nous aurions été incapables de les retrouver !

Pomme cannelle repiquée et qui s'en sort bien

Pomme cannelle repiquée et qui s'en sort bien

Jeune avocatier planté après avoir fait germer le noyau dans l'eau à Tamba

Jeune avocatier planté après avoir fait germer le noyau dans l'eau à Tamba

Jeune avocatier en version rouge... allez savoir pourquoi !

Jeune avocatier en version rouge... allez savoir pourquoi !

Et les ruches alors ? Là je dois dire qu'il y a eu de bonnes surprises : 6 nouvelles colonies sont venues dans mes ruches en septembre, 3 dans les Kenyanes et 3 dans les Warré. Malheureusement, 2 colonies trop faibles ont déserté suite à une invasion de fausse-teigne... foutues bestioles ! Heureusement, les autres colonies vont bien, malgré l'abondance de fourmis, termites, grands et petits coléoptères, papillons sphinx et compagnie. Vivement que les pluies finissent et que tous ces parasites se barrent !

En tout, j'en suis donc à 9 colonies peuplées naturellement sur mes 24 ruches présentes sur le terrain. Ce n'est pas encore la panacée, mais on ne peut guère faire mieux pour le moment. Pourtant, nous ne ménageons pas nos efforts Moussa et moi : les ruches vides doivent être constamment nettoyées et enfumées pour donner envie aux abeilles d'y venir, voire déplacées si l'endroit pose problème. A plusieurs reprises nous avons dû déloger Maman Lérot et des colonies de fourmis, chasser geckos et araignées, qui rendaient les ruches inhabitables pour les abeilles. Certaines ruches ont été nettoyées chaque semaine pendant tout l'hivernage ! De plus, la plupart des ruches prenait l'eau malgré le toit en tôle (fendu par le bois qui gonfle) et il a fallu rapporter des bâches en plastique pour réparer tout ça. Sans compter le désherbage des pourtours des ruches et des chemins pour se rendre au rucher. Bref, un travail de fou, mais Moussa et moi apprenons de nos erreurs, et je pense que nous serons plus efficace les années à venir.

Première Warré construite, première Warré peuplée, celle de mon menuisier Diakhité

Première Warré construite, première Warré peuplée, celle de mon menuisier Diakhité

Deuxième Warré peuplée, celle de M. Seck, pour pas qu'il soit jaloux ;-)

Deuxième Warré peuplée, celle de M. Seck, pour pas qu'il soit jaloux ;-)

Le rucher du fromager fin septembre, l'eau se rapproche...

Le rucher du fromager fin septembre, l'eau se rapproche...

Le rucher du fromager début octobre, ça monte encore !

Le rucher du fromager début octobre, ça monte encore !

Les ruches dans l'eau, j'ai un peu l'impression d'être dans le Sine Saloum !

Les ruches dans l'eau, j'ai un peu l'impression d'être dans le Sine Saloum !

Heureusement la colonie de Didier n'a pas l'air de trop s'en faire !

Heureusement la colonie de Didier n'a pas l'air de trop s'en faire !

Une erreur de locataire dans la ruche de Jean-Marie... Je crois que j'ai prévu l'entrée un peu trop grande !

Une erreur de locataire dans la ruche de Jean-Marie... Je crois que j'ai prévu l'entrée un peu trop grande !

Invasion persistante de fourmis dans la ruche de Philippe et Sylvie

Invasion persistante de fourmis dans la ruche de Philippe et Sylvie

Nouvelle technique anti-fourmis : badigeonner le support avec de la graisse. Ca a l'air de marcher pour le moment...

Nouvelle technique anti-fourmis : badigeonner le support avec de la graisse. Ca a l'air de marcher pour le moment...

Pour finir, voici quelques photos prises au cours de nos sorties au rucher et près du fleuve, pour vous imprégner de cette ambiance chaude et humide du mois de septembre. Ne loupez pas les cours de pêche donnés par Moussa, avec cette semaine deux techniques très différentes : le pêche au coupe-coupe dans la forêt galerie inondée, et la pêche aux gros poissons dans la mare. Enjoy ! ;-)

Le fleuve monte, les termites déménagent !

Le fleuve monte, les termites déménagent !

C'est qu'il faut faire gaffe ou on met les pieds !

C'est qu'il faut faire gaffe ou on met les pieds !

Même les escargots ne savent plus où se mettre !

Même les escargots ne savent plus où se mettre !

Grosse chauve-souris au sommet d'un arbre près du fleuve... je dirais une Phyllorhine ???

Grosse chauve-souris au sommet d'un arbre près du fleuve... je dirais une Phyllorhine ???

Jeunes tourterelles au ras de l'eau... elles n'auront pas intérêt à louper leur premier vol !

Jeunes tourterelles au ras de l'eau... elles n'auront pas intérêt à louper leur premier vol !

Des fourmis rescapées sur un piquet de bois... mais pas pour longtemps, les poissons s'en prennent à leurs oeufs !

Des fourmis rescapées sur un piquet de bois... mais pas pour longtemps, les poissons s'en prennent à leurs oeufs !

Séquence "Pêche au coupe-coupe" avec Moussa
Séquence "Pêche au coupe-coupe" avec Moussa
Séquence "Pêche au coupe-coupe" avec Moussa

Séquence "Pêche au coupe-coupe" avec Moussa

Séquence "Pêche au Poisson tigre Goliath" avec Moussa
Séquence "Pêche au Poisson tigre Goliath" avec Moussa
Séquence "Pêche au Poisson tigre Goliath" avec Moussa

Séquence "Pêche au Poisson tigre Goliath" avec Moussa

Rédigé par Claire

Publié dans #Apiculture, #La vie là bas

Commenter cet article

Chris 08/10/2015 13:46

Moi qui suivait les catastrophes dues aux pluies dans ma région, malgré tout l'intérêt que je porte à toutes tes petites bêtes, tu m'a bien fait rire. Mention spéciale pour la ruche de Jean-Marie! Bises et courage!!!

Claire CLEMENT SECK 08/10/2015 14:44

Merci ma zia, heureusement, toi et le loulou vous êtes bien au-dessus de l'eau !
Je n'ai pas encore mis de photos, mais j'ai déplacé ta ruche et celle de Line un peu plus loin du fleuve,par précaution, tu ne m'en voudras pas ! Vue sur le palmier de maman et une termitière géante, pas mal non plus...

Didier 04/10/2015 21:11

Merci pour ces nouvelles. Reportage très réussi.

Claire CLEMENT SECK 04/10/2015 21:23

En tout cas, je ne sais pas quel grigri tu m'as envoyé, mais ta colonie elle déchire !

Tim 04/10/2015 18:35

Encore un super reportage! Merci!!

Claire CLEMENT SECK 04/10/2015 18:53

Merci !

Guitard Jean-jacques 04/10/2015 18:11

Bravo aux quasi "naufragés" de Kourientine ! La bonne nouvelle c'est que tu as bien choisi le coin. Est-ce que le campement de Gouloumbou a été inondé ? La pêche au coupe-coupe c'est pas homologué mais en terrain inondé ça semble efficace ! Que d'ingéniosité, d'adaptabilité de tous face aux éléments. Bravo ! JJ

Claire CLEMENT SECK 04/10/2015 18:22

Salut Jean-jacques !
Bon, les villageois m'avait bien dit que le terrain n'était pas inondable, mais tant que je n'avais pas vérifié, j'avais du mal à y croire ! D'après mon indic Moussa, le campement de Gouloumbou est également épargné.