Mon nouveau chez moi

Publié le 2 Novembre 2016

Mon nouveau chez moi

Déja Novembre, et je m'aperçois que je n'ai pas donné de nouvelle sur le blog depuis plusieurs mois... Certains doivent se demander si je suis toujours là. Eh bien si ! J'étais seulement trop occupée entre la finition des cases, mes missions dans le Boundou, et le déménagement. Mais maintenant, c'est officiel, j'habite à Kourientine !!!

Alors pour fêter ça, voici une petite visite commentée de mes cases et de mon petit jardin au village, qui vous donneront j'espère envie de venir me voir et de découvrir ma nouvelle vie en brousse.

Je vous invite au passage à suivre mon nouveau compte Facebook "1 Ruche et 3 Pintades", sur lequel je posterai régulièrement des photos et des petites nouvelles en complément du blog. Pour cela cliquez sur l'icône bleu avec un petit "f" dedans, situé dans le volet de droite (je précise pour les novices). Ma connexion internet au village étant assez capricieuse, je ferai le maximum pour vous tenir informés de mes activités sur les réseaux sociaux, plus légers que le blog. Je réserverai donc les articles plus conséquents lors de mes passages en villes... selon une fréquence indéterminée. Car pour le moment, je ne suis pas encore très organisée, et mes allers-venus à Tamba dépendront de mes besoins en ravitaillement et de l'état de mon porte-monnaie ;-)

Mes cases au mois d'août, après la finition des toits Bassaris

Mes cases au mois d'août, après la finition des toits Bassaris

Je vous avait donc laissé en juillet avec une explication détaillée de la réalisation en paille des toit bassaris. Les choses paraissaient pratiquement finies, mais que neni... les finitions ont pris un temps fous ! Il a fallu, dans l'ordre :

  • Rajouter une rangée de brique entre le mur et le toit pour combler l'espace libre (qui aurait laissé la porte ouverte à tous les insectes et araignées).
  • Faire une dalle en béton dans chaque case au sol, et entre les cases, indispensable pour être à l'abri de l'humidité.
  • Faire des abris en paille devant chaque case pour avoir un peu d'ombre et se protéger de la pluie.
  • Finir la clôture en bois pour avoir un peu d'intimité (illusoir...) et empêcher l'entrée des poules chèvre et moutons (illusoir...).
  • Peindre les murs intérieurs à la chaux pour empêcher l'invasion des termites (illusoir...) et éclairer les chambres (alors la c'est bon, ouf).
  • Installer le panneau solaire et le système électrique.
  • Raboter les portes en bois qui avaient gonflé pendant l'hivernage et qui ne fermaient plus correctement
  • Cimenter les embrasures des portes et fenêtres, parce que sinon ça ne le faisait pas...
  • Installer un tissu sous le toit pour se protéger des paquets de sciures de bois qui tombent en permanence au sol (petites bêtes qui grignotent les poutres fraîches pendant l'hivernage)
  • Repeindre les intérieurs après le passage de l'électricien, du menuisier, de Moussa et des insectes.... ggrrrrrrr.
  • Huiler les menuiseries.
  • Peindre mon beau portail bleu.
  • Faire la fosse des toilette et installer la salle de bain.
  • En enfin nettoyer le sol tâché de chaux... et la chaux ça ne part pas tout seul !

Désolé, peu de photo pour ces étapes, mon ordinateur ayant rendu l'âme et ayant emporté avec lui une partie non sauvegardée de mes données...

Construction du thially (abris en paille) par Moussa.

Construction du thially (abris en paille) par Moussa.

Evidemment, Moussa était chargé des travaux d'extérieur (maçonnerie, clôture, thially en bois), ce qui incluait la coupe des poutres en bois massives en brousse, le portage, le piquetage, le transport du gravier en charrette, le pelletage du béton à la main, la réalisation des dalles, la réalisation de la salle de bain... un vrai travail de titan !

Moi j'étais cantonné aux petits travaux d'intérieur, peinture et ménage. Mais je peux vous dire que cela n'a pas été si simple. J'ai déjà dû mettre une semaine pour comprendre comment travailler avec la chaux vive, passer 4 à 5 couches sur les murs abîmés par la pluie (pour les cases dont les toits n'avaient pas été fait lors des premières pluies de la saison...), récurer pendant des jours et des jours le sol, telle Princesse Sarah, pour enlever les tâches de chaux du sol, parce que je ne l'avais pas protégé en pensant qu'un petit coup de lavette suffirait... quelle naïveté !

Bref, ce fut beaucoup d'efforts, mais cela en valait la chandelle. Régulièrement, le chef du village passait voir l'évolution de mes travaux, en s'écriant à chaque fois "Ah, c'est propre, propre, propre". Plus taquines, les femmes de la famille venaient en s'écriant, surprises, "Bah alors, toujours pas fini ?"... mais en concluant quand même sur une note positive "Ah, ici c'est frais !" Quant aux voisins, ils venaient s'extasier devant le savoir-faire de Moussa, l'homme aux mille métiers, mais étaient aussi épatés de savoir que c'était moi qui avais fait la peinture. Tous arrivaient à la même conclusion : on veut les mêmes cases ! A voir si à la prochaine saison sèche des cases comme les miennes fleurissent dans les environs...

Mais allez, fini les bavardages, je vous laisse visiter !

Pour trouver la maison, facile, trouver le portail bleu ! Ma touche 'Toubab'. Vous noterez la présence de la clochette, indispensable pour gérer le flux des visites !

Pour trouver la maison, facile, trouver le portail bleu ! Ma touche 'Toubab'. Vous noterez la présence de la clochette, indispensable pour gérer le flux des visites !

A droite, la cuisine/atelier

A droite, la cuisine/atelier

Cuisine tout équipé... avec tout ce qu'il faut pour crusiner ! (extracteur de jus, presse-agrume, séchoir solaire...)

Cuisine tout équipé... avec tout ce qu'il faut pour crusiner ! (extracteur de jus, presse-agrume, séchoir solaire...)

Caché à droite de la cuisine, le panneau solaire, qui suffit amplement à mes besoins, et fait marcher le juicer et le dremel.

Caché à droite de la cuisine, le panneau solaire, qui suffit amplement à mes besoins, et fait marcher le juicer et le dremel.

A gauche, ma chambre (au fond) et le bureau qui fera office de chambre d'amis. Mais où est le papillon ? (Souvenir de Fadé)

A gauche, ma chambre (au fond) et le bureau qui fera office de chambre d'amis. Mais où est le papillon ? (Souvenir de Fadé)

Ma chambre

Ma chambre

Toujours ma chambre. Mais où est le guépard (souvenir de Master)

Toujours ma chambre. Mais où est le guépard (souvenir de Master)

Au milieu des deux cases, le thially ombragé, qui fait office de salon

Au milieu des deux cases, le thially ombragé, qui fait office de salon

Le bureau, placé sous le point réseau (gros coup de bol !)

Le bureau, placé sous le point réseau (gros coup de bol !)

Toujours le bureau, transformable en chambre d'amis le cas échéant.

Toujours le bureau, transformable en chambre d'amis le cas échéant.

Derrière la cuisine, la salle de bain, avec vue sur les palmier, grand luxe.

Derrière la cuisine, la salle de bain, avec vue sur les palmier, grand luxe.

Voilà maintenant quelques semaine que j'ai emménagé, et je peux dire que les choses se sont assez bien calé. Bien qu'au début, il aura fallu quelques adaptations. Vous vous en doutez, mes habitudes de toubab sont radicalement opposées à celles des villageois, qui pour la plupart ne sont jamais sortis de leur village.

Comme petites anecdotes, je pourrais citer, en vrac :

  • Mon combat pour que les femmes de la famille n'utilisent pas ma clôture comme un étendoir à linge permanent.
  • Mon combat pour que les voisins ne traversent pas ma maison comme ça pour aller au jardin (non ma maison n'est pas une autoroute).
  • Chasser les poules de Moussa à coup de caillou parce qu'elle viennent écraser mes plantations.
  • Instaurer un protocole de visite : on frappe avant d'entrer, on se présente et on ne reste pas 3 plombes parce que c'est cool de rendre visite à une toubab. NON... on ne rentre pas en vélo en roulant sur mes plantations, on ne vient pas en pleine nuit sans rien dire en s'asseyant sur une chaise pendant 1 heure et en me regardant (c'est flippant), on ne vient pas ramasser des petits cailloux pour flinguer les pigeons au lance-pierre et j'en passe !
Mon fil à linge, une invention révolutionnaire...

Mon fil à linge, une invention révolutionnaire...

J'ai aussi profité de la fin d'hivernage pour faire quelques plantations. Haie de Moringa, papayers, quelques Gombo, courges, melons, pastèques... que je vous laisse découvrir en photos, avant de vous conter mes nouvelles aventures !!!

Haie de Moringa oleifera

Haie de Moringa oleifera

Mes papayers bien protégés...

Mes papayers bien protégés...

Mes melons bien protégés...

Mes melons bien protégés...

Gombos

Gombos

Courge équilibriste

Courge équilibriste

Rédigé par Claire

Publié dans #La vie là bas

Commenter cet article

Kora Mamadou 06/11/2016 14:34

Excellent
Toutes mes félicitations
Bon coura