Formation apicole à Kédougou (2)

Publié le 15 Avril 2017

Formation apicole à Kédougou (2)

C'est en ce chaud mois d'avril que je retournai à Kédougou, retrouver ma troupe dynamique et motivée pour une 2e session de cours d'apiculture. Petite nouveauté de la semaine, je choisis d'amener mon vélo afin de soulager M. Diagne et sa bruyante petite voiture de mes aller-retours incessants. D'ailleurs à ce propos, par on ne sait quel miracle, le klaxon de la petite Volkswagen s'était entre temps réglé tout seul... Peut-être que les oreilles du véhicule et de son conducteur avaient sifflé depuis la publication de mon dernier article ! Mais qu'importe, venir en cours en vélo (tient, ça me rappelle quelqu'un) me fit sentir un peu comme chez moi, et me valut plusieurs fois un "Oh Madame, vous êtes courageuse !" Oui j'avoue, j'aime bien ;-)

L'objectif de la semaine était la construction de 2 ruches kenyanes, leur préparation et leur installation, la découverte du matériel apicole, tout en continuant les cours théoriques sur le suivi des colonies et la technique de récolte. Une semaine avec plus de pratique, plus de bricolage, bref plus de concret.

 

Atelier bricolage : à vos marteaux et vos tournevis !

Atelier bricolage : à vos marteaux et vos tournevis !

Pour le cours sur la construction des ruches, j'avais imaginé la super idée de commander des ruches en Kit afin de laisser les étudiants monter eux-mêmes les ruches. J'avais donc commandé les planches et les barrettes aux bonnes dimensions chez mon menuisier préféré à Tamba, à qui j'avais demandé de faire des pré-trous pour visser plus facilement les planches. J'avais tout vérifié, tout semblait marcher comme sur des roulettes...

Mais c'était sans compter le transport pour se rendre à Kédougou ! Eh oui, après 5 heures de 7-places sur une route en nid de poule, les planches n'étaient comment dirais-je... plus tout à fait droites à l'arrivée ! Ce qui eut pour conséquence que les pré-trous n'étaient plus en face les uns des autres et que les planches gondolées laissaient apparaître des espaces entre les jointures... Je ne vous dis pas la panique moi toute seule devant mes étudiants qui, de dépit, commençaient à frapper du marteau sur les vis...

Heureusement que j'avais mon vélo sous la main, et je laissai quelques instants le groupe pour filer au marché et trouver quelques pointes, de la colle et de la sciure de bois. Au passage, j'en profitai pour échanger la marmite toute neuve achetée la veille et qui fuyait... oui, on est bien au Sénégal, chaque jour nous réserve son lot de surprises !

Quelques heures plus tard, les ruches furent enfin montées, les trous rebouchés et le bois huilé. Ouf, l'honneur était sauf ! Et puis l'air de rien, cela aura permis aux étudiants de voir qu'il faut savoir faire preuve de ressources quand tout ne se passe pas comme prévu.

La ruche en Kit, bientôt disponible dans tous les magasins IKEA, avec son petit plan et son paquet de vis ;-)

La ruche en Kit, bientôt disponible dans tous les magasins IKEA, avec son petit plan et son paquet de vis ;-)

Petite astuce bricolage : comment fabriquer un mastic pour boucher les trous

Petite astuce bricolage : comment fabriquer un mastic pour boucher les trous

Voici la première ruche...

Voici la première ruche...

Et voilà la 2e !

Et voilà la 2e !

Le deuxième bricolage du jour fut la préparation des amorces de cire. J'avais choisi ma méthode à la marmite, plus simple que celle du contre-plaqué... enfin si l'on dispose d'une marmite qui ne fuit pas évidemment. La veille, j'avais fait mon petit cours de maths avec le problème suivant : "Quelle quantité de cire doit-on mettre dans notre marmite de 29 cm de diamètre pour obtenir un disque de 2,5mm d'épaisseur ?"...

Pas évident au début mais nous y sommes arrivés. J'ai même eu droit à un "Je donne ma langue au chat"... expression typiquement française qu'ils avaient bien retenue depuis les premiers cours, c'est au moins ça ! Il va falloir que je songe à inclure des expressions creusotines pour donner du fun à mes cours ;-)

Préparation de la plaque de cire pour les amorces : la cire est fondue dans une marmite d'eau, et forme une belle plaque de l'épaisseur voulue à la surface de l'eau.

Préparation de la plaque de cire pour les amorces : la cire est fondue dans une marmite d'eau, et forme une belle plaque de l'épaisseur voulue à la surface de l'eau.

Une fois les amorces prêtes, il faut les insérer dans les barrettes et les coller à l'aide de la cire chaude

Une fois les amorces prêtes, il faut les insérer dans les barrettes et les coller à l'aide de la cire chaude

Chacun sa barrette !

Chacun sa barrette !

Et chacun s'applique !

Et chacun s'applique !

Un autre exercice que j'avais testé en Mauritanie et qui avait été beaucoup apprécié fut la simulation de la récolte. Puisque nous avions les ruches vides sous la main, les étudiants passèrent par groupe de 3 en se partageant le travail, afin de connaître les bons gestes à faire pendant la récolte. Toute une coordination de mouvements entre coéquipiers qu'il est bon de répéter plusieurs fois. Evidemment, il faut un peu d'imagination pour se projeter de nuit avec les abeilles autour. L'idéal serait d'avoir des casques de réalité virtuelle pour voir les abeilles et s'habituer à leur présence... peut-être qu'un jour cela existera !

Chacun ses outils : l'enfumoir et la torche, le lève-cadre, le seau et la brosse

Chacun ses outils : l'enfumoir et la torche, le lève-cadre, le seau et la brosse

Formation apicole à Kédougou (2)
Formation apicole à Kédougou (2)

Le dernier jour, l'objectif était d'aller installer les 2 ruches dans le rucher de Victorin, qui avait très gentiment accepté de nous laisser une petite place chez lui. Nous retournâmes dont de l'autre côté du fleuve avec tout notre matériel. Petite surprise, une équipe de tournage était de passage afin de faire un reportage sur les formations financées par l'Etat. Nous nous sommes donc prêtés au jeu et avons fait un petit cours en pleine nature sous les yeux curieux de la caméra, de M. Diagne et d'un drone. Des trois, je ne sais pas lequel aura le plus intimidé les étudiants ! En tout cas, il ne manquait que les abeilles pour être en situation réelle. Bientôt, les étudiants, bientôt !

Reprise de la simulation de la récolte, cette fois-ci avec les combinaisons..

Reprise de la simulation de la récolte, cette fois-ci avec les combinaisons..

Notez que notre ami Thierno avait mis sa vareuse à l'envers ;-) Mais on lui pardonne c'était la première fois !

Notez que notre ami Thierno avait mis sa vareuse à l'envers ;-) Mais on lui pardonne c'était la première fois !

Pierre, choisi pour parler au nom du groupe devant la caméra

Pierre, choisi pour parler au nom du groupe devant la caméra

Formation apicole à Kédougou (2)
Un peu tendu au début...

Un peu tendu au début...

Plus à l'aise à la fin !

Plus à l'aise à la fin !

"Alors Pierre, les cours, ils sont intéressants ?" (attention, le professeur écoute !)

"Alors Pierre, les cours, ils sont intéressants ?" (attention, le professeur écoute !)

Voilà donc pour notre semaine encore bien remplie. De mon côté, mon challenge fut de faire un effort pour retenir le nom de tous mes étudiants... ce qui reste encore difficile ! C'est étrange comme on retient plus facilement le nom de ceux qui sont toujours au premier rang et qui répondent à toutes les questions, comme de ceux qui se font remarquer au fond de la classe et qui se plaignent pour un rien !

Pas évident quand on a dans une même classe 8 personnes dont le nom de famille est Diallo, et dont certains ont également le même prénom (généralement Mamadou). Il faut donc apprendre le 2e prénom... et encore, parfois cela ne suffit pas, certains sont de vrais homonymes et il faut alors retenir la date de naissance ! Chaud, chaud, chaud ! D'autant plus que nous les toubabs ne sommes pas très doués pour cet exercice de mémoire, au contraire des Sénégalais qui peuvent retenir votre nom toute leur vie alors qu'ils ne vous ont vu qu'une seule fois... j'en serai toujours épatée ! Mais je m'améliore, je fais des recoupements entre ma liste, l'ordre des groupes et les photos... après un travail digne d'un Sherlock Holmes, d'ici la 3e semaine, je devrais être au point !

Formation apicole à Kédougou (2)
Eh voilà, il n'y a plus qu'à attendre que les ruches se peuplent !

Eh voilà, il n'y a plus qu'à attendre que les ruches se peuplent !

Rédigé par Claire

Publié dans #Apiculture

Commenter cet article

philippe 15/04/2017 14:17

Bienvenue dans le club encore trop restreint des "formateurs à bicyclette" !
Et pleine réussite à cette action de formation.
Philippe

Claire CLEMENT 15/04/2017 15:29

Merci Philippe, menons le combat, tous en vélo !